Les Français, en danger chez eux, vont devoir demander refuge ailleurs – Résistance Républicaine

Qui ne fait pas l’objet de menaces et d’agressions en France ?

Personne, à l’exception de la racaille et des suppôts de la racaille.

En France, on s’attaque aux policiers, gendarmes, pompiers, ambulanciers, médecins, soignants, professeurs, maires, élus, commerçants, magistrats, avocats, enfants, écoliers, collégiens, prêtres, touristes…

Désolé pour ceux que je n’aurais pas cités. La liste est longue et je manque de souffle.

La profession des agents du fisc vient de s’ajouter à cette liste.

Un agent des impôts de 43 ans a été séquestré puis tué lundi dernier à Pas-de-Calais par un brocanteur chez qui il effectuait un contrôle fiscal avec une collègue.

Il n’en reste pas moins que la proie préférée des rapaces, qui évoluent dans l’espace français, reste quand même les Blancs, hommes et femmes, quel que soit leur âge.

Être Blanc en France est un délit. Sanctionné par la peine de mort. Sanction exécutée par l’envahisseur. Par couteau ou par véhicule.

Il arrive que des suppôts de la racaille soient les victimes de leurs protégés.

C’est simplement jouissif.

Il arrive aussi que des personnes qui accueillent et hébergent des migrants finissent dans une mare de sang par les bons soins de leur hébergé.

Un migrant devient, souvent, un immigré, puis un délinquant, puis un criminel.

La France accueille des migrants qu’on présente comme étant des personnes fuyant la guerre.

Mais quelle guerre y a-t-il en Algérie, au Maroc, en Tunisie, en Jordanie, au Sénégal… ?

Les Français sont plus en danger chez eux que ne l’étaient les migrants qu’ils accueillent quand ceux-ci étaient chez eux.

Les Français ont toutes les raisons de fuir leur pays et de demander refuge ailleurs pour survivre.

A chaque fois que la France importe un migrant, elle importe un danger de mort pour les Français.

Que l’on pense aux très jeunes enfants du médecin Alban Gervaise qui ont vu leur père se faire égorger devant leurs yeux.

C’était le 10 mai dernier à Marseille.

Ça pourrait arriver à tous les papas français.

Il y a un choix à faire.

Garder ou perdre son pays.

Garder ou perdre sa famille.

Garder ou perdre sa tête.

Les trois choix sont étroitement liés.

Ils se résument en un seul choix : être ou ne pas être.

Messin’Issa

 330 total views,  330 views today

image_pdf

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *