Une femme qui parle à Dieu et collabore avec lui

Dans l’Ancien Testament, la figure d’Anne apparaît aux deux premiers chapitres du Premier Livre de Samuel. Celui-ci relève pour sa rédaction finale de la littérature qui se développe au VIe siècle avant J.-C. pendant l’exil du peuple hébreu à Babylone et au retour.

Anne est l’une des femmes d’Elcana. À la différence de sa rivale, Pennina, qui a de nombreux enfants, Anne n’en a pas, ce qui fait « son humiliation ». Un jour où, comme chaque année, ils se rendent en pèlerinage au sanctuaire de Silo qui contient l’arche d’alliance, Anne prie Dieu de la regarder. Elle passe une sorte de contrat « donnant donnant » avec lui : « Si tu me donnes un fils, je te le donnerai. »

Anne a compris que Dieu est quelqu’un à qui elle peut parler et avec qui elle peut collaborer. Ainsi naîtra Samuel, « Dieu exauce », le prophète qui initiera la royauté de Saül puis de David.

En remerciement, Anne adresse à Dieu un cantique, véritable chant de victoire dont des paroles seront reprises dans le Magnificat de Marie, dans l’Évangile de Luc. Il se termine par le mot « messie ». Anne est la première, dans l’Ancien Testament, à le prononcer.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *